JSB Handball
Actualités

Portrait : Pascal DALLEAU

Pascal (sur la photo, une devinette : c’est lequel ?) est un des trois mousquetaires de la JSB avec Mathieu CKB et Romain Calixte. Amis d’enfance, et sucettes autour du cou, ils ont intégré la famille du handball bénédictin presque en même temps. Devenus adultes (enfin presque !) ils ont fait partie de l’armada qui a remporté les premiers titres des années 2000. Gaucher ultra rapide en contre attaque et buteur patenté, Pascal-Lucky-Luke tire tellement vite que le gardien n’a même pas le temps parfois d’esquisser le moindre geste. Devenu défenseur au fil de l’âge, son rendement dans ce domaine de jeu n’est pas pour déplaire à son coach. «Aldo la classe» c’est lui, musculature assortie à la tenue (ou l’inverse) sourire sympathique de charmeur, regard enjôleur, il fait partie des premiers moucateurs du groupe dans les soirées d’après match et regroupements. Au delà des apparences parfois contestataires au cours des matchs et s’il faut retenir quelques chose de son caractère, je dirai que Pascal est quelqu’un de doux, tendre, voire même timide en dehors du contexte de la JSB. C’est le copain serviable qui dit oui (avant son ombre), sans même connaître la question… juste pour authentifier le style «I’m a poor lonesome cow-boy», tranquillement assis sur Jolly Jumper, stetson sur la tête et cigarette à la commissure des lèvres, d’un personnage d’une célèbre bande dessinée. Enfin… lonesome ?! C’est vite dit !

Carte d’identité

Pascal Dalleau 34 ans, 2 frères ex-handballeurs Eric (ndlr : d’une rapidité étonnante, jouait pivot et avait un style particulier en rapport avec son profil longiligne) et Yoyo à la JSB, et une sœur Aurélie, merchandising (c’est américain mdr) pour friand et sodexma dans le sud de l’ile. Je suis né à Saint Benoit et je vis actuellement sur Saint Denis avec ma copine. Avec les entraînements, je fais en quelque sorte le tour de l’ile 3 fois par semaine pour rentrer chez moi. Lol.

Ton parcours au handball

J’ai fait toutes mes classes à la JSB, en commençant à l’école de handball à l’âge de 7 ou 8 ans. J’avais comme entraineurs, Jackie Amouny, Régis Lambert et je crois, Sabine Laderval ; Ensuite en catégories Benjamins, Minimes, Cadets avec le duo inséparable Monsieur Christophe Ramon et Bernard Chu Koye Ho ; Une année en espoirs avec David Boyer et puis à l’âge de mes 17 ou 18 ans, en seniors avec plein d’entraineurs que je nomme, mais pas dans l’ordre : Christophe Ramon, David Boyer, Armand Mayen, Harry Lieon Kao, Dominique Querrien et enfin Fernand Chane Kune. Entre temps, j’ai fait une pige de 3 ou 4 mois dans le club de Saint Gilles les Hauts (j’ai respecté une promesse que j’avais faite à Didier Ranguin). Je suis revenu juste après car j ai eu une discussion très sérieuse avec Monsieur Ramon, président de l’époque.

Une histoire drôle et authentique avec tes deux dalons

Houla ! on en a tellement, mais celle qui m’a bien faire rire c’était le lendemain de l’enterrement de la vie de garçon de Vincent Gangnant à Saint Pierre ; Je peux juste l’intituler «Romain Balboa» mais je ne pourrai pas l’écrire car c’est tellement long. Eux ils le savent…

Dans la vie à deux, comment se partagent les tâches

C’est une nouvelle vie à 2, récente, donc ça va très bien dans la bonne humeur. Grosso-modo je m’occupe de la cuisine (quand j’ai pas entrainement) et l’apéro quand il y a les convives à la maison, Marina s’occupe plus du ménage, du rangement (à ce qui paraît je fais vraiment un bazar), et du repassage. Mais chut !! elle fait beaucoup plus que moi mais bon, on ne compte pas. C’est l’amour.

Tu adorerais être dans la peau de qui

De personne, je suis bien comme ça .

Un pays où tu aimerais vivre avec ta dulcinée

Ici à la Réunion, mais on aimerait partir à la Nouvelle Zélande, mais juste pour voyager, pour découvrir ce beau pays

La famille, c’est important pour toi

Très important. Après le boulot je passe régulièrement chez mes parents leur rendre une petite visite, et j’essaie de partir en métropole une fois dans l’année pour voir mon grand frère, mes neveux et aussi ma petite sœur. Je vois mon petit frère quand je viens en weekend à Saint Benoit

Après le handball, quel sport de reconversion

Peut être la course de montagne. Mais juste pour le fun, en amateur.

Nombre important de gauchers dans l’équipe. Richesse ou atroce concurrence

Une richesse. De toute façon on se complète. Mathieu joue ses 15 minutes à fond et je le remplace. Quand Bruno entre, je joue en défense pour l’aider et le faire souffler un peu pour qu’il soit opérationnel et efficace en attaque. On le gère assez bien je pense, mais ça doit être un peu plus compliqué pour le coach car on a tous les 3 des styles différents.

Un mot pour qualifier ton état d’esprit actuel, à tous points de vue

Confiant

Une dernière pour la route

Que bisous et câlins les copains