JSB Handball
Actualités

Portrait : Eric LORION

(N° 27 sur la photo) ; Issu du quartier de Boubier, pas trop loin du gymnase des Marsouins, Eric a fréquenté très tôt le parquet de l’enceinte préférée de la JSB. Garçon discret il a suivi toutes les filières jeunes du club, glanant par ci par là quelques titres dans les catégories dans lesquelles il a joué. Au moment où ses qualités de gaucher au poste d’arrière allaient être utilisées, il fait un break, découvrant sur la jetée de la Marine du Butor, les joies de la vague avec son morey. A l’époque, je le voyais traverser la ville, tout bronzé, droit comme un i sur son scooter, la planche en travers de la jambe, heureux comme pouvait être un jeune de 18 ans à la recherche des sensations que seule peut procurer la mer. Et puis, par quel hasard, il est revenu vers ses premiers amours pour s’incruster au poste d’arrière droit et ne plus le quitter, pour faire la joie des coachs et de l’équipe. Matchs gagnés à la CCOI, séjour parisien lors des finalités, Eric fait partie du groupe gagnant de la JSB. Quelques fois blessé, il revient aussi déterminé aux entraînements et participe aux blagues de ses copains dans les après matchs où il se montre aussi aussi bon que sur le terrain.

Carte d’identité

Je m’appelle Eric Lorion, je suis né à Saint Benoît et actuellement je travaille à la mairie de Saint Benoît

Ton parcours au handball

Je suis arrivé à la JSB à l’âge des Benjamins de l’époque et mon premier entraîneur était Richel Sam Caw Frève. Ensuite j’ai gravi toutes les marches des catégories sous la responsabilité de Luciano Mouniama avec des titres remportés dans les catégories jeunes que j’ai traversées.

La vie c’est quoi pour toi

Quelle question ?! Il y a bien sûr, des hauts et des bas comme tout le monde, les plaisirs et les malheurs, mais je ne veux retenir que des choses qui relèvent de la famille, des amis, du savoir vivre en communauté et le respect de chacun.

Le meilleur souvenir sportif de ta vie

Je vais t’étonner, car ce qui me vient tout de suite à l’esprit, c’est le récent match de Coupe de France contre Saint Gratien Sannois en décembre à La Possession au gymnase Daniel Narcisse. En rapport avec la victoire, arrachée sur le terrain, bien sûr, mais surtout de jouer devant nos fidèles supporteurs avec un match de cette intensité. Après il y a les titres obtenus au stade de l’Est devant plus de 6000 personnes. Cela marque une carrière et un joueur !

Racontes nous les joies de ton dernier weekend

Tout frais dans la tête, mon weekend de la semaine dernière au Palm Hotel de Petite Ile avec ma femme. Que du bonheur.

La musique qui te fait vibrer. Le morceau du moment

Je suis assez éclectique dans mes goûts musicaux. J’écoute de tout. Le dernier morceau aimé, c’est celui de Maitre Gims, que je n’ai pas eu malheureusement l’occasion d’aller voir lors de son concert à la Réunion.

Une blague sur quelqu’un.

Le serpent de Loïc Boyer. (rires de Eric qui ne veut pas m’en dire plus… et qui rigole de plus belle).

Lui il sait !

 Ce qui te fait le plus plaisir dans ton quotidien

C’est le soir en rentrant chez moi, après une journée de travail, de voir et retrouver ma fille. Un plaisir immense, incommensurable. Là, je peux dire que je suis heureux.

Cites moi les prétendants sérieux à la finale au Stade de l’Est

Comme d’habitude, la JSB, Château Morange, La Cressonnière et un outsider cette année, Lasours. Je pense que la poule des as sera très disputée et qu’il y aura des surprises.

Un mot à tes coéquipiers et au coach

Ce sont tous des bons amis, un bon groupe qui vit bien et un coach qui voit les choses au bon moment. De même qu’au coach, je dis : «on continue comme ça et on ne change pas surtout»