JSB Handball
Actualités

Portrait : EMMA AVRIL

La JSB Filles surfe en ce moment sur la vague et attire les regards des clubs rivaux étonnés de cette soudaine popularité et surtout du jeu fourni par la nouvelle vague bénédictine. Une équipe actuellement ex aequo à la quatrième place du classement actuel de la LRHB, qui joue sans complexe et dans laquelle émerge une jeune fille formée à l’école du club depuis son plus jeune âge et qui arrive presque à maturité sportive.

Pour faire ce portrait j’ai eu recours au téléphone alors qu’en bruit de fond s’entendait une fête.

Une fille normale avec une jolie tête bien pleine.

Bonjour Emma, peux tu te présenter.

J’ai 19 ans et je suis en BTS comptabilité. J’aime faire du sport surtout le handball et j’adore danser. Je suis issue d’une famille sportive avec un père footballeur, des tontons et des taties qui jouent également au handball.

Depuis quand pratiques-tu cette discipline sportive.

Mes parents m’ont inscrit à la JSB depuis l’école de handball. J’ai gravi tous les échelons des équipes jeunes du club avec plus ou moins de bonheur en alliant études et sports. Mes entraîneurs successifs voyaient en moi une arrière tireuse parce que j’arrivais à marquer à ce poste. Depuis cette année, Jacques et Vincent m’ont demandé de jouer pivot. J’ai pensé que ce n’était pas un poste pour moi mais avec le temps je me suis bien adaptée et maintenant cela me convient.

Tu te définis comment, comme caractère.

Je suis naturellement timide et un peu extravertie avec les gens que je connais bien, mes amies et mes partenaires de club. Quand je rate un but je me dis que la prochaine fois je ferai mieux et qu’il ne faudrait pas renouveler cet échec. Par contre, quand je marque, je pense tout de suite au retour défensif pour aider mes coéquipières.

Si tu étais un animal, tu serais quoi.

Un guépard (sans hésitation).

Que penses tu de la relation entre coéquipières.

Elle est géniale. Il y a une bonne entente et une ambiance formidable avec toutes les joueuses. On s’encourage tout le temps et je puise souvent là dedans pour repartir de plus belle. Il n’y a aucun effet négatif dans le groupe et de toute façon nos entraîneurs veillent à ce que cela se passe bien. Que ce soit dans les victoires ou dans les matchs perdus. On positive toujours.

La JSB en poule des as, tu y crois.

Bien sûr. Bien qu’au départ nous n’arrivions pas bien à nous situer dans cette hiérarchie locale bien installée. Mais nous faisons très attention à ne pas avoir la grosse tête ni s’emballer trop vite sur nos résultats car la route est encore longue, mais nous y croyons fermement.

Les conseils de tes entraîneurs sur ton jeu.

Mon nouveau positionnement d’arrière en pivot m’a demandé beaucoup de travail. Mes coachs m’ont demandé plus de lucidité et de vitesse dans les tirs face à des gardiennes de but qui sont très différentes dans leurs sorties. En défense, et à un autre niveau, il a fallu plus de contacts physiques et surtout plus d’attention face aux bonnes joueuses des grandes équipes. Ne pas hésiter à prendre des coups à ce poste et partir jusqu’au bout de nos actions. Enfin, en contre attaque, il a fallu prendre des nouvelles trajectoires et s’adapter aux lancers de nos gardiennes.

Finalement, heureuse de jouer.

Oui, je suis très contente de jouer et bien sûr de gagner des matchs. De rencontrer mes coéquipières, aux entraînements et aux matchs officiels, de bien rire avec elles tout en travaillant pour l’équipe.

Jean Pierre AH KING