JSB Handball
Actualités

Portrait : Chantale RIVIERE

Quand elle a quitté la JSB, de l’époque des Eulalie M’Couezou, Sabine Laderval, Nelly Calixte etc…pour vivre autre chose dans un club voisin, bizarrement personne ne lui en a voulu. De ce fait et à titre personnel, elle a vécu beaucoup de bonnes choses, des titres, des coupes, des voyages, des matchs importants qui ont fait d’elle un rempart difficile à battre dans les buts, et surtout une expérience qui actuellement vaut de l’or. Chantale nous est revenue, toujours souriante, gentille, affable, comme si c’était hier. Appelée pour renforcer une jeune génération prometteuse, elle fait le boulot… comme on dit, sans jamais se mettre en avant, se fondant dans le groupe et attentive à guider et à encourager celles qui par hasard commenceraient à douter. Dans les tribunes Chantale bénéficie à chaque match du regard et de l’appui de son fan club familial qui la motivent sûrement pour élever son niveau de jeu. Et les supporteurs apprécient.

Carte d’identité

Catherine Marie Chantale RIVIERE née POTIN – 42 ans – Mariée à Harry RIVIERE et mère de deux magnifique garçons Aymeric 14 ans et Arthur 9 ans.

J’occupe le poste de Rédacteur Territorial à la Direction Générale des Services à la Mairie de Saint Benoît

Ton parcours au handball

J’ai débuté à la JSB dès l’âge de 8 ans en tant que joueuse de champ. Puis concours de circonstance je me suis retrouvée dans les buts à l’issue d’un tournoi à Sainte Marie avec comme coach Fernand CHANE KUNE : je le remercie au passage car j’ai pu m’affirmer à ce poste, faire partie de plusieurs sélections de la Réunion dont une qui est restée dans mon cœur : le déplacement pour la tournée d’Europe. C’était le top.

Après un passage à la Cressonnière, puis au HBF Saint André où j’ai passé de bons moments aussi, me revoilà à la JSB avec une équipe de jeunes qui n’est pas pour me déplaire. Et oui la Vieille est de retour.

A côtoyer fils et coéquipières, on garde l’esprit jeune

Oui avec mes petits louloutes (je les vois toujours petits) et les filles je ne peux que garder cet esprit jeune et vivre avec l’évolution de cette génération. Même si il y a des choses qui me sidèrent comme porter le pantalon au ras des fesses, avoir un gros casque sur la tête pour écouter de la musique et j’en passe, j’essaie de vivre avec ce quotidien.

Si tu étais un animal et pourquoi

Je serai un écureuil. Parce qu’il est joli et qu’il a la réputation d’être économe.

Une épitaphe à Nelson Mandela

«Si je n’avais pas été enfermé en prison pendant vingt-sept ans, je ne sais pas si j’aurais été aussi bon avec les enfants. Mais vingt-sept ans sans voir des enfants, c’est une expérience terrible»

Et oui pour moi mes enfants c’est ma vie et ne pas les voir une seule journée est impensable. Je respecte cet homme qui a sacrifié sa vie pour l’humanité.

Le genre de musique que tu écoutes

Je suis toujours très romantique donc sans hésitation les chansons douces suivies de mélodies locales car j’adore danser le séga avec mon Chéri.

Le meilleur plat familial cuisiné par qui

Alors sans hésitation aucune, tous les plats cuisinés par Harry avec une petite préférence pour les massalés mais vraiment tout est bon. La preuve est devant vous : je ne fais pas pitié !! Mais comme dit le proverbe «mieux vaux faire envie que faire pitié».

Douze millions au loto, après le tourbillon, ta réaction

C’est sûr je ne travaille plus ; du moins plus au poste que j’occupe actuellement ; faire un truc plus cool avec moins de stress et après je voyage, je voyage et je voyage.

Un pays ou une ville où tu emmènerais vivre ta famille

J’aime bien visiter les pays asiatiques mais pour vivre vraiment ce serait tout simplement du côté de la Bretagne en France. Cependant avec tous les évènements liés au climat qui se passent actuellement mieux vaut rester au pays.

Que manque t’il à ton équipe pour franchir un autre palier

Je pense à plus de solidarité dans le groupe et surtout faire des activités extra handball pour recréer ce côté familial que j’ai connu il y a belle lurette à la JSB. Alors les filles « allons met’ ensemb’ pou tenir et montrer que le hand féminin à Saint Benoît lé pas mort». Après le titre de Championne de D2, accéder au bout d’un an seulement de D1 en Poule des As cela prouve bien nos capacités et l’investissement de tout un chacun du côté handballistique.

Un coucou à qui

Mon coucou s’en va à coup sûr pour mon mari et mes deux garçons Aymeric et Arthur qui ont toujours été mes premiers supporters, pour mon frère Christian qui continue à me suivre aussi. Et un coucou au reste de la famille et à tous mes amis qui croient encore en cette vieille joueuse que je suis. Grand coucou à ceux qui ont voulu mon retour à la JSB pour ne pas les nommer Jimmy et Line. Merci de croire en cette équipe féminine…

J’aurai une forte pensée aussi pour mon papa qui dans l’au-delà je pense continue à me soutenir dans mes actions.

Bisous à vous tous