JSB Handball
Actualités

Portrait : Loïc BOYER

Pur produit bénédictin (sur la photo, assis au centre avec le N°9), Loïc BOYER a fait toutes ses classes dans les diverses équipes jeunes de la JSB. Après avoir brillé en moins de 21 ans et être devenu un excellent arbitre, il y a eu une période discrète où on ne le voyait que rarement sur le terrain en qualité de joueur. Il fait, cette saison, un retour fracassant et une conduite collective dans le jeu que nous avons pu observer, qui contraste avec ses anciennes prestations assez personnelles. Un changement d’attitude bénéfique pour l’équipe où il s’affirme de plus en plus comme un titulaire à part entière. Il le mérite et c’est tant mieux.

Carte d’identité

Loïc Boyer. J’ai 22 ans et je suis étudiant. J’ai un frère qui était au handball et qui m’a emmené avec lui sur le terrain. Et j’ai aimé ce sport où je retrouvais tous mes copains les soirs d’entraînement et lors des matchs du samedi après midi.

Ton parcours en handball

J’ai été formé à l’Ecole de Handball de la JSB depuis bientôt 16 ans. Fidèle au club qui m’a apporté quelques titres : champion de la Réunion en catégorie minime en 2000 puis 3 titres de vice champion en cadets et espoirs. Dans ces équipes, je jouais à tous les postes, mais mes entraîneurs me plaçaient surtout en qualité de demi centre ou arrière.

C’est quoi la vie en dehors du handball

Avec les jeunes de mon âge, je sors les weekends en boîte de nuit ou nous organisons des grillades. Des plaisirs de tout le monde.

Le dernier film que tu as vu

Je fréquente rarement les salles obscures. Par contre j’aime bien les films d’action que je regarde à la maison. Le dernier film vu : Fast and Furious 6

Ailier en ce moment, tu regrettes le poste d’arrière avec les moins de 21 ans

Non, car le niveau a changé et il faut que je m’adapte à autre chose. Arrière en seniors est synonyme de beaucoup de technique, de vision de jeu, ne pas gâcher des balles d’attaque, tirer au but avec un pourcentage élevé de réussite, être solide en défense et ne pas craindre le contact des attaquants… j’ai encore beaucoup à apprendre.

Pour me perfectionner, je bénéficie des conseils précieux de Bruno Arive et de David Joséphine qui furent des ailiers d’un autre niveau dans des clubs prestigieux. Ils m’inculquent certaines techniques que j’ignorais et je suis tout heureux de les écouter en essayant de mettre en pratique les leçons apprises.

Jeune dans un groupe d’anciens, quelle est ta place

En étant toujours au club, je côtoyais tous les joueurs de l’équipe seniors et mon intégration, qui s’est faite bien avant, par petites touches, lors de la CCOI, par exemple, ne m’a posé aucun problème. Sauf que maintenant je suis sur le terrain avec eux et ils ne laissent rien passer. Et je comprends tout à fait que c’est le résultat qui compte. L’amitié c’est avant ou après le match. Ils exigent de moi d’être sérieux et performant.

FCK te conseille sur quoi

Il exige de moi la rigueur, surtout de la rigueur. D’être performant à tous les matchs, de donner le meilleur de moi même quand il m’appelle sur le terrain et de prendre à fond mon temps de jeu, car nul n’est irremplaçable. Techniquement il me fait confiance quand je prends le tir… mais attention de ne pas faire n’importe quoi. Le but doit suivre, quel que soit le gardien en face.

Ta marge de progression

Ça dépend de beaucoup de choses. Pour le moment je suis ailier et fier de jouer avec l’équipe seniors de la JSB. Plus tard une reconversion en arrière… mais chaque chose a son temps. Je n’en suis qu’à mes débuts.

Jean Pierre AH KING